Eolien industriel, entre illusion et corruption – Episode 7 – Que du vent, la preuve?

P1010883 cpopie

A La Fageole (Cantal), une pâle endommagée est réparée avant d’être démontée – Avril 2015 – Crédit photo © Jean-Paul Prat

Ce mercredi 6 mai à 23h15, il ne faut pas rater l’émission « Pièces à conviction » sur France 3, intitulée « A qui profitent les éoliennes ».

Nous ne parlons d’éolien dans ce blog que si le sujet a un lien direct avec la Lozère, l’Aubrac ou la Margeride. Et c’est le cas. Il y a quelques mois, notre association a été contactée par une journaliste qui a réalisé ce reportage pour « Pièces à conviction ». Elle nous a confié qu’elle était en possession de preuves qui démontreraient qu’EDF Energies Nouvelles (EDF EN) a installé un parc éolien dans une zone où il n’y a pas ou que peu de vent. Elle a donc enquêté en France pendant de longues semaines et conclu que l’éolien n’est qu’un produit financier parmi d’autres et que son développement obéit à une logique purement financière et non environnementale.

carte-vitesse-des-vents-en-france

Carte de la vitesse des vents en France – Source: http://www.meteo10.com

 Ca, ce n’est pas un scoop, nous le savions déjà. La surprise, c’est le parc éolien industriel qui a motivé l’enquête: LOU PAOU, au coeur de la Lozère! Je n’ai jamais reparlé à cette journaliste et ne sais donc pas quelle place est faite à la Lozère dans le montage final de ce reportage, mais nous allons bientôt le savoir.

Alors qu’EDF EN tente par tous les moyens d’implanter un deuxième parc en Lozère (Lou Paou II), cette émission devrait nous éclairer sur les motivations de ce promoteur. Espérons que nos élus, et notamment le sénateur Bertrand, seront nombreux derrière leur téléviseur. Pour information, « Lou Paou II » a reçu un avis négatif du commissaire enquêteur le 5 mars 2014 (que vous pouvez consulter sur ce site) mais qu’à cela ne tienne, EDF EN revient à la charge avec un  nouveau permis de construire déposé à la veille de Noël 2014, dans des conditions que je ne qualifierai pas sur ce blog car cette entreprise n’hésiterait pas à faire un procès à notre association.

IMG_7904

Anémomètre sur le nord de l’Aubrac – Crédit photo © Association Bès/Truyère

Il faut savoir qu’en amont de tout projet éolien industriel, il y a installation d’un anémomètre, un instrument destiné à enregistrer la vitesse du vent. Ces mesures durent des mois, parfois des années. Elles déterminent en partie la rentabilité du projet, faussée cependant par l’obligation de rachat de l’électricité par EDF à un tarif préférentiel (dans le cas de Lou Paou, EDF rachète donc de l’électricité à l’une de ses filiales). Logiquement, plus la vitesse du vent est faible, moins il est opportun d’installer une éolienne. Pourtant c’est dans la moitié nord de la Lozère, la partie la moins ventée de ce département (voir la carte des vents ci-dessus), que se pressent les promoteurs. Allez comprendre! Dans ces conditions, il faut monter haut pour aller chercher le vent, d’où le gigantisme des installations à venir en Lozère: 100 mètres hier (Truc de l’Homme), 150 mètres aujourd’hui (projets en cours ou à l’étude), 200 mètres demain (le « progrès » est en marche dans certains départements). A chaque fois que nous avons demandé à un promoteur de bien vouloir communiquer sur les données d’enregistrement provenant d’un anémomètre installé sur une commune de Lozère pressentie pour l’installation d’un parc éolien industriel, on nous a répondu que ces données étaient « confidentielles ». Qu’une installation industrielle de nature à bouleverser l’environnement des territoires soit développée sur la base de données confidentielles, mettant la population devant le fait accompli, est devenu la norme aux quatre coins du monde et révélateur de la puissance de certaines entreprises industrielles… On nous prend pour des imbéciles, que nous sommes tant que nous accepterons que les promoteurs d’éolien industriel imposent leur loi en Margeride et en Aubrac.

Voici la présentation faite de l’émission « Pièces à conviction » sur le site de France 3:

« La France compte désormais 5000 éoliennes, et leur nombre devrait encore tripler d’ici cinq ans. Patricia Loison (NDLR: la productrice de l’émission) s’intéresse à ce nouveau marché de l’énergie verte. Car derrière ces éoliennes se cache surtout un business très lucratif. Il a permis à certains de bâtir des fortunes colossales, en revendant à EDF l’électricité produite par les éoliennes, alors qu’une partie de cette somme est payée par les consommateurs. L’émission se penche sur le combat mené par des riverains pour empêcher l’implantation d’éoliennes et qui se heurtent à la puissance de promoteurs français et étrangers. Elle dénonce aussi les méthodes douteuses de certains vendeurs d’électricité propre, qui ne reculent devant rien pour contraindre propriétaires et élus à implanter des éoliennes sur leurs terres. »

Vous pourrez voir cette émission en « replay » sur le site de France 3.

Pascale Debord, Association pour la Protection des Bassins du Bès et de la Truyère

069-smallVous avez manqué un épisode de la série « Eolien industriel, entre illusion et corruption », dont l’objectif est d’illustrer la dérive du secteur de l’éolien en France et son impact nocif sur le monde rural, notamment en Aubrac et en Margeride?

Episode 6 – Pour ou contre les éoliennes en Aveyron?

Episode 5 – « Supprimer le facteur humain »

A propos Association pour la Protection des Bassins du Bès et de la Truyère

Protéger et valoriser les espaces naturels, la biodiversité, les paysages historiques, et le patrimoine bâti des bassins versants du Bès et de la Truyère, plus particulièrement de l'Aubrac et de la Margeride, tel est notre principal objectif. Pour cela, nous luttons activement contre la marchandisation de ces massifs.
Cet article, publié dans Eolien industriel entre illusion et corruption, Information, Media, Non classé, Opinion, Presse nationale, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.